SOCIETE

La conférence des clubs de paix initie une rencontre sur la gouvernance universitaire à l’UAO de Bouaké


Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La conférence des clubs de paix de Côte d’Ivoire a initié une rencontre d’échange, le mardi 14 décembre 2021, à l’université Alassane Ouattara (UAO) de Bouaké, en vue de promouvoir l’effort de paix, la non-violence et la cohésion sociale en milieu universitaire.

Brigitte Attiouman, représentante la représentante résidente du PNUD en Côte d’Ivoire, a tenu à saluer la conférence des clubs de paix pour l’initiative.

 « Le PNUD à travers cette initiative voudrait contribuer à renforcer vos capacités en matière de paix et de cohésion sociale dans l’espace universitaire. Le PNUD vous exhorte à vous approprier les recommandations et résolutions de ce jour», a-t-elle indiqué, réitérant l’engagement de son organisation à soutenir tous les efforts dans le maintien de la paix en Côte d’Ivoire.

Prenant la parole à son tour, la présidente de la conférence des clubs de paix de Côte d’Ivoire, Koffi Stéphanie a traduit toute la volonté de son association à promouvoir la paix dans le milieu universitaire.

« D’abord notre mission est de pacifier les milieux universitaires pour permettre un apprentissage adéquat et paisible. Les problèmes sont énormes sur les espaces universitaires. Il était important d’assainir le milieu à travers cette gouvernance qui est un cadre d’échange avec tous les acteurs pour discuter de l’avenir des universités, pour que les étudiants ivoiriens soient excellents et qu’ils soient parmi les meilleurs étudiants au monde », a-t-elle fait savoir.

« Selon les statistiques sur 200 universités en Afrique, la Côte d’Ivoire ne fait pas partie des premières universités parce que nous ne faisons pas la promotion de la paix », a poursuivi Koffi Stéphanie, ajoutant que « nous, nous voulons y remédier pour permettre à nos universités de faire partir des universités d’excellence sur le plan international».

Au cours des échanges, Marie Ange Salehi, doctorante en géographie physique, par ailleurs présidente du réseau des doctorants de l’université Alassane Ouattara (Reduao) a fait des propositions.

 « Il faudrait contribuer à la formation des étudiants à travers différentes activités sans disparité et traiter les acteurs qui sont sur l’espace universitaire au même titre pour ne léser personne. Créer une politique pour encourager les bonnes initiatives telles que, la non-violence, les activités à caractère pacifique, former les acteurs à la non-violence en privilégiant la communication et le dialogue et chercher à construire des infrastructures équipées qui pourront nous permettre de respecter le système LMD», a-t-elle proposé.

La rencontre de Bouaké a enregistré la présence du personnel administratif, le corps enseignant, les leaders de syndicats ainsi que le conseil des délégués et d’associations de l’université Alassane Ouattara.

Ces rencontres d’échanges sur la gouvernance universitaire se sont respectivement déroulées du 9 au 14 décembre 2021 à l’université Nangui Abrogoua et Félix Houphouët-Boigny à Abidjan ainsi qu’à l’université Alassane Ouattara de Bouaké.

Fondée en 2017, la conférence des clubs de paix est représentée dans douze universités (publiques et privées) et grandes écoles en Côte d’Ivoire.

Eliezer Rodemi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s