SOCIETE

Le préfet de Boundiali ferme le site de prière d’Adissa Touré à Kolia


Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Le préfet de région, préfet du département de Boundiali, Amani Tiémoko a ordonné la fermeture du site de prière d’Adissa Touré dans la commune de Kolia, suspendant ainsi toutes activités liées aux pratiques de cette prédicatrice et guérisseuse dans ladite zone.

Dans un arrêté daté du 15 septembre 2021, le préfet hors grade de la région de la Bagoué, réitère cet appel lancé le 10 septembre 2021 à des « individus » encore présents sur ledit site « malgré la suspension des activités de Dame Adissa Touré ».

« Considérant les instructions téléphoniques de la hiérarchie en date du 15 septembre 2021, est, et demeure fermé dans la région de la Bagoué, le site de prière de Dame Adissa Touré sis à Kolia », stipule l’arrêté.

Par conséquent, poursuit la note, « les occupants du site de prière à l’exception des propriétaires des lots bâtis et des résidents du quartier sont sommés à quitter les lieux ».

Selon le texte signé par le préfet Amani, cette décision intervient après plusieurs constats. Il s’agit entre autres, de l’occupation des infrastructures scolaires par des visiteurs en quête de guérisons miraculeuses malgré l’ouverture des classes ainsi que des désagréments causés aux populations riveraines, aux propriétaires des lots bâtis et aux résidents par ces mêmes individus en quête de guérison miraculeuse par la prière.

Prévenir d’éventuelles épidémies de cholera, de fièvre Ebola et la propagation du Covid-19 dans la région ainsi que la réalité des menaces djihadistes aux frontières de la région de la Bagoué avec le Mali figurent également parmi les causes de cette décision préfectorale.

« Les autorités administratives locales et les forces de l’ordre sont chargées chacune en ce qui le concerne de l’exécution du présent arrêté qui prend effet à compter de sa date de signature », souligne le document rendu publique le 15 septembre 2021.

Cet arrêté préfectoral fait suite à un rapport transmis aux autorités par le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH). Ce rapport dénonce de nombreuses atteintes aux droits de l’homme qui ont été répertoriées sur ledit site.  Il s’agit notamment des atteintes à la dignité, à la protection, ainsi qu’à la santé et à la sécurité des fidèles et pèlerins.                                              

Le rapport souligne entre autre que « sur le site de prédication aménagé de façon sommaire, sans les commodités d’usage, des milliers de personnes y ont établi domicile, y vivent et dorment à même le sol, sans eau ni électricité. En cette période de saison des pluies, cette situation les déshumanise. Des hommes, des femmes, des enfants, des personnes du troisième âge et en situation de handicap , à la recherche de guérison ou de miracle qui changerait positivement leurs vies, ont du mal à satisfaire leurs besoins fondamentaux, obligés de tout acheter à des coûts exorbitants. »

Adissa Touré, la dame de Kolia défraie la chronique en Côte d’Ivoire depuis quelques mois. Se présentant comme une élue de Dieu, elle avait installé un camp de prière à Kolia d’où elle procèderait à des guérisons miraculeuses, rapportent des témoins. Comme une trainée de poudre, cette information s’était répandue à travers la Côte d’Ivoire et la sous-région, attirant tous les jours vers Kolia des milliers de personnes en quête de guérisons et de miracles.  

Cheik Koné

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s