POLITIQUE

Botro : parti au pouvoir et opposition à la même table pour parler paix et réconciliation


Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Des représentants de la coalition au pouvoir et de l’opposition se sont retrouvés le vendredi 10 septembre 2021 à Botro autour de la même table pour parler de paix et de réconciliation dans la région de Gbêkê et partout en Côte d’Ivoire.

Dénommées « les retrouvailles fraternelles », cette initiative a vu la participation des représentants du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI, opposition) et du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA, opposition).

A l’initiative de Rebecca Yao du RHDP, par ailleurs présidente de l’Association Diabo ville émergente et présidente de l’usine des femmes (Usifem), cette rencontre a réussi à fédérer différents leaders de ces partis politiques autour d’une même table pour parler de paix et de réconciliation nationale entre cadres, élus filles et fils de la Côte d’Ivoire, montrant ainsi aux yeux du monde que la Côte d’Ivoire est une et indivisible.

Avant de se rendre au foyer polyvalent Nanan Totokra de Botro, Mme Rebecca Yao a d’abord fait ses civilités aux différents chefs cantons de la circonscription. Elle a apporté ensuite son soutien aux victimes des récents événements de la désobéissance civile. Puis en a profité pour présenter l’Usifem de Diabo à ses invités.

« La Côte d’Ivoire a besoin de ce genre d’évolution significative. Nous pouvons être fiers de voir les partis politiques, société civile, FDS (Force de défense et de sécurité) ensemble. C’est une scène devenue malheureusement rare. La vision partagée qui nous réunit aujourd’hui, est celle de la Côte d’Ivoire rassemblée et c’est le vœu cher du président de la République Alassane Ouattara qui nous a instruit, nous les cadres à travailler au raffermissement des liens en tendant la main à tous les acteurs de la vie politique », a fait savoir Mme Yao à sa prise de parole.

Poursuivant, elle a fait remarquer que le leader c’est celui qui rassemble dans sa famille, mais bien au-delà, pour semer les bonnes valeurs de paix, d’unité et de concorde.

« Nous sommes des leaders et c’est à nous de créer les conditions d’une paix durable. On n’oublie pas les douleurs du passé mais on se dépasse pour l’amour de notre pays. Nous ne devons pas vivre en constance belligérance. Nous n’avons qu’un pays, nous sommes les filles et les fils d’une même nation, quelles que soient nos divergences politiques », a-t-elle souligné par la suite, exhortant les uns et les autres à arrêter d’allumer le feu.

« En Côte d’Ivoire, il ne doit plus y avoir de tensions, de passions, de crises autour des échanges électorales. Nous devons tous nous approprier les principes de la démocratie. Notre pays la Côte d’Ivoire est béni et nous ne devons pas la détruire. La tradition nous enseigne en cas de conflits de se réunir autour de l’arbre à palabre pour discuter », a conclu Mme Rebecca Yao. 

A son tour, le député de Prikro, dans la région de l’Iffou, Isaac Kouamé Adi, n’a pas manqué de saluer la présence des différentes délégations présentes. Ce qui démontre selon lui, leur attachement à la réconciliation vraie, la cohésion et la stabilité du pays.

« Je voudrais remercier Rebecca Yao car il y eu tellement de discours mais elle, n’en fait pas. Elle passe à l’acte. Ce dont les Ivoiriens ont besoin, c’est l’acte. Il faut poser l’acte de réconciliation. Partout où nous passons, elle parle de réconciliation et de cohésion sociale. Le vrai défi, la vraie guerre que nous devons mener, c’est la guerre pour le développement. Nous sommes tous ici présents et quel que soit notre parti politique, nous avons besoin d’une Côte d’Ivoire développée. Pour avoir une Côte d’Ivoire développée, il nous faut la paix et pour avoir la paix, il nous faut une réconciliation nationale vraie. Pour avoir une réconciliation vraie, il faut identifier les causes de nos conflits, les dominer, les régler pour qu’une bonne fois pour toutes, il y ait la paix durable » a laissé entendre l’honorable Isaac Kouamé Adi.

Dans ce même élan, le professeur Amoa Urbain, représentant le ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale, Kouadio Konan Bertin a salué cette initiative.

« Au nom du ministre je voudrais saluer tous les représentants des différents partis politiques. Le président Alassane Ouattara à travers son ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale disent condoléances pardon, pardon et pardon à chacun de vous. Nous sommes en train de passer à une autre étape de notre vie, prenons notre envole et évitons de voler à basse attitude. Nous sommes en train de faire en sorte que tout le monde suit cet exemple et que partout il ait des AGR communautaire à impact rapide. C’est ce que le ministre nous a demandé de venir vous transmettre », s’est exprimé M. Amoa Urbain.

Tour à tour, Téhe Guy Damien, représentant l’honorable Michel Gbagbo et la représentante de la commission nationale des droits de l’homme Kourouma , ont émis le souhait de voir une Côte d’Ivoire rassemblée dans la Paix et la réconciliation, gage de développement durable. Enfin, une action de planning d’arbres a mis fin à cette première journée.  

La journée du samedi 11 septembre 2021 a été consacrée au tournoi de football de la paix et de la réconciliation.  

Différentes équipes composées des partis politiques que sont le RHDP, EDS, FPI, PDCI, société civile et force de l’ordre ont participé à cette rencontre sportive de la cohésion et de la fraternité à l’espace Sitarail au quartier commerce de Bouaké.

La finale a été remportée par l’équipe de la Société civile qui a battu les forces de l’ordre 3 buts à 1. Chaque équipe participante est repartie avec un diplôme de participation, une enveloppe et des maillots.

Ce grand rendez vous de la paix et de la réconciliation était placé sous le haut parrainage de la présidente du Conseil national des droits de l’homme (Cndh), sous le parrainage du ministre des transports Amadou Koné ainsi que sous la présidence du ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale, Kouadio Konan Bertin dit KKB.

Eliezer Rodemi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s