SOCIETE

Bouaké : l’ONG FID donne le sourire aux enfants des femmes incarcérées


Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

L’Organisation non gouvernementale (ONG) Femmes incarcérées en détresse (FID) a organisé le lundi 6 septembre 2021 une cérémonie de remise de kits scolaires ainsi que de distribution de vêtements à vingt-cinq enfants des femmes détenues dans les prisons de la ville.

La mairie de Bouaké a servi de cadre à cette cérémonie de haute portée sociale. Femmes incarcérées en détresse a pour objectif d’accompagner la politique gouvernementale qui prône  »l’école pour tous  » en facilitant l’accès à l’école aux enfants en âge d’être scolarisés mais aussi à contribuer à offrir aux enfants, une éducation de base de qualité.

L’ONG FID milite en faveur des femmes détenues afin de faire valoir leur droit. Cette organisation non gouvernementale a été créée le 22 mars 2021.

Dogbo Carina Désirée, présidente fondatrice de l’ONG a fait savoir que ces dons visent à soulager ces enfants souvent sans autres soutiens en cette période de la rentrée scolaire.

« Ces dons sont un moyen pour nous de soulager les femmes incarcérées en offrant le sourire à leurs progénitures. Nous avons offert 25 kits scolaires aux enfants de la maternelle à la troisième. Cette activité est pour nous une occasion d’interpeller la société à être plus responsable et soucieuse en apportant son soutien à ces enfants qui sont parfois marginalisés », a-t-elle expliqué.

Elle n’a pas oublié de parler des difficultés que rencontre cette jeune association.

« Nous avons besoin d’engins afin de faciliter nos déplacements, aussi pour faciliter la proximité entre nous et les femmes incarcérées. Nous demandons aux bienfaiteurs de ce joindre à nous dans ce projet car nous travaillons sur fonds propres », a souligné Mme Dogbo.

Représentant le procureur de la république près le tribunal de première instance de Bouaké, Angbomon Messou Firmin, magistrat a salué cette initiative.

« C’est une initiative très noble car cela démontre l’attachement de l’ONG à faire valoir le droit de ces femmes incarcérées. J’invite les personnes de bonne volonté à se joindre à l’ONG afin de perpétuer ce genre d’action », a-t-il conclu.

Eliezer Rodemi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s