SOCIETE

Une rue de Bouaké baptisée du nom de la ville sénégalaise de Ziguinchor


Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La rue reliant le pont Djibo au pont ENI, via la mosquée sénégalaise, la pharmacie Sokoura et le stade Yaoundé a été officiellement baptisée le vendredi 6 aout 2021 à Bouaké, dans le centre ivoirien, du nom de Ziguinchor, une ville secondaire du sud du Sénégal.  

Cet acte s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’un accord de jumelage paraphé en 2018 entre le maire de Bouaké Nicolas Youssouf Djibo et celui de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé.

La cérémonie de baptême de cette voie longue de 2,3 km a été présidée par les maires des deux communes sœurs.

« Ziguinchor nous a séduit par ses nombreux traits communs avec la ville de Bouaké. D’abord, c’est une ville carrefour, de brassage multiethnique, une sorte de melting-pot. Cette situation serait née des arrivées massives de peuples venus de partout et comme résultat, la ville se caractérise par un multilinguisme et une vie associative intense, ce qui constitue l’âme même de la ville de Bouaké », a fait remarquer le maire de Bouaké, Nicolas Djibo à sa prise de parole.

Pour lui, ce baptême de la « Rue Ziguinchor » n’est que le début d’une longue et fructueuse vie commune axée sur de réelles perspectives de développement entre ces deux villes jumelles.

A son tour, le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, s’est dit hautement honoré par cet acte de grande portée avant d’égrener quelques similitudes entre sa ville et celle Bouaké.

« Bouaké et Ziguinchor partagent énormément de choses sur le plan historique, humain, environnemental et au regard des enjeux et défis à relever », a-t-il révélé, soulignant que ce vendredi 6 août sera marqué en lettres d’or dans les annales de sa cité car marquant un exemple de coopération sud-sud basée sur le donner et le recevoir « dans notre pure tradition africaine ».

Ville du sud du Sénégal et capitale régionale de la Casamance, Ziguinchor figure par ailleurs parmi les membres fondateurs du Réseau des villes secondaires de l’UEMOA, un instrument de développement sous-régional, créé en mars 2017 à Bouaké, en présence d’une quinzaine de maires de l’Afrique de l’ouest.

Cheik Koné

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s