SOCIETE

Côte d’Ivoire : 10 blessés dans des affrontements à Abidjan suite à une vidéo Fake news


Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Au moins dix personnes ont été blessées et plusieurs dégâts matériels ont été enregistrés le mercredi 19 mai 2021 à Abidjan, dans la capitale économique ivoirienne suite à une vidéo qualifiée de Fake news (fausses informations) qui circulait sur les réseaux sociaux et qui mettait en scène des actes de violences sur des individus.

« Cet après-midi, il y a eu des incidents à Abobo, à Anyama, à Yopougon à Angré et hier (mardi) à Daloa », a déclaré sur les antennes de la télévision nationale ivoirienne première chaîne, le ministre de l’intérieur et de la sécurité, le Général Vagondo Diomandé, soulignant que ces « incidents sont consécutifs à une vidéo qui circulait sur les réseaux sociaux et qui mettait en scène des actes de violences sur des individus ».

Cette vidéo a été interprétée par certaines personnes qui ont fait croire qu’elle concernait des Ivoiriens qui étaient des migrants au Niger, alors que la vérification de cette vidéo montre qu’elle a été tournée il y a deux ans au Nigeria, un pays anglophone.

« A la suite de cette interprétation, des actes de violences visant essentiellement la communauté nigérienne ont été perpétrés dans les localités que je viens de citer », a-t-il poursuivi en rappelant que la veille (mardi) à Daloa, dans le centre ouest ivoirien, « quelques individus ont tenté de molester des nigériens ».

« Aujourd’hui encore à Abobo, à Anyama, à Angré, à Adjamé et à Yopougon, d’autres individus ont tenté la même chose. Les forces de sécurité se sont interposées, mais malheureusement, ces incidents ont provoqué en terme de bilan 10 blessés, 12 interpelés, 6 véhicules calcinés et une douzaine de magasins pillée», a fait observer le ministre de l’intérieur et de la sécurité.

« Notre pays a retrouvé la paix. Je tiens à insister sur les dispositions que le gouvernement prend pour mettre la main sur tous les fauteurs de troubles. Les enquêtes sont en cours » a indiqué Vagondo Diomandé.

Selon lui, «Ces enquêtes nous ont déjà permis d’interpeler dans le cadre de ces agissements, dix individus (…) ces enquêtes continuent et elles nous permettront de mettre à nu l’auteur de cette vidéo, celui qui l’a diffusé, tous ceux qui l’ont relayé parce que beaucoup ne savent pas qu’aujourd’hui la Côte d’Ivoire dispose de moyens pour aller à la source de toutes ces publications ».

« Nous seront intransigeants avec tous les fauteurs de troubles qui s’illustreront de ces manières-là pour mettre en mal la cohésion sociale », a prévenu le ministre de l’intérieur et de la sécurité, lançant un appel au calme.

« Nul n’a le droit de se faire justice. Il faut qu’on fasse en sorte que ces agissements cessent », a-t-il conclu.

Mercredi à Abidjan, des personnes considérées comme des « Haoussa» ont été agressées par des jeunes ivoiriens à Abobo, à Anyama, à Angré, à Adjamé, et à Yopougon suite à une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux faisant état de ce que des ivoiriens ont fait l’objet d’agression par des Nigériens alors qu’il s’agit d’une vidéo qui date de 2019 et qui montre des éléments de la secte Boko Haram interpellés par les militaires de l’opération Safe Heaven et la population au nord du Nigeria.

Cheik Koné

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s