ECONOMIE

Bouaké abritera en mars « une grande cérémonie » de relance du secteur de l’hôtellerie (Acteurs)


Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La ville de Bouaké dans le centre ivoirien, abritera en mars prochain « une grande cérémonie » de relance du secteur de l’hôtellerie, de la restauration et de l’événementiel, a annoncé mercredi 10 févier 2021, le président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière de Côte d’Ivoire (FNIH), Lolo Diby.

M. Diby a fait cette annonce à la chambre de commerce et d’industrie de Bouaké à l’occasion d’une séance de travail et de renforcement des capacités des différents acteurs locaux de l’industrie hôtelière de ladite ville.

« C’est un secteur qui a été beaucoup affecté par la crise sanitaire (de la Covid 19) et les fonds de soutien mis en place par l’État n’ont pas bien fonctionné » a fait remarquer d’entrée Lolo Diby. C’est pourquoi, dira-t-il ensuite que « nous préparons une grande cérémonie de relance du secteur sûrement dans le mois de mars à Bouaké avec toutes les autorités après les élections législatives pour un meilleur partenariat au profit de la région de Bouaké et même de la Côte d’Ivoire ».

Par ailleurs, revenant sur les contours de la réunion de Bouaké, le président de la FNIH a fait savoir que celle-ci avait pour principal objectif de donner l’opportunité aux membres de sa faitière que sont les hôteliers, restaurateurs, propriétaires de bar et promoteurs d’événementiel d’analyser sérieusement les impacts négatifs de la crise sanitaire de la covid-19 sur leur secteur d’activité.

« Il s’agissait d’une réunion d’informations et d’échanges avec les opérateurs économiques du secteur du tourisme et des loisirs de la région de Gbêkê sur plusieurs préoccupations dont la crise sanitaire, le fond de soutien aux PME et les différents problèmes auxquels nous sommes confrontés et les problématiques à indexer pour la relance du tourisme dans la région de Gbêkê », a-t-il souligné à la presse.

« Les établissements ont souffert donc ils ont besoin d’être mis à niveau concernant les financements, le problème de traçabilité, sans oublier le problème d’agrément, la fiscalité, la parafiscalité. Ce sont les problèmes spécifiques sur lesquels nous avons penché pour mieux nous comprendre afin de trouver les solutions » a ensuite expliqué M. Diby.

En outre, a-t-il conclu « il faut nécessairement être dans une organisation reconnue par l’État pour pouvoir avoir les bonnes informations et professionnaliser le secteur parce qu’ il faut faire les choses dans les normes ».

A son tour, le responsable local de la (FNIH), Elogne Aka a appelé à une union concrète autour de la fédération mère en vue d’une redynamisation de ce secteur ravagé par les effets de la maladie à Coronavirus.

« Nous avons besoin d’être unis si nous voulons maintenir nos activités », a-t-il conseillé, précisant que « nous n’avons pas eu de satisfaction parce que nous ne sommes pas unis raison pour laquelle le président est venu pour qu’ensemble nous puissions interpeller nos frères ».

Eliezer Rodemi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s