EDUCATION

La FESCI lance une campagne contre « les congés scolaires anticipés »


Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), a lancé ce lundi 08 février 2021 une campagne nationale de sensibilisation contre « le phénomène des congés anticipés », à quelques jours des congés de février prévus pour le vendredi prochain.

« Ce lundi 08 février 2021 ouvre la semaine des congés de février. Et comme c’est malheureusement le cas depuis plusieurs années maintenant, cette semaine d’avant congés rime avec angoisse pour la communauté scolaire à cause du phénomène d’anticipation des congés et leurs lots de dégâts tant matériels qu’humains », reprend le principal syndicat d’étudiants dans une note d’information publiée sur sa page officielle FESCI TV.

La FESCI qui est résolument engagée dans la lutte contre ce phénomène appelle l’ensemble des élèves au respect scrupuleux du calendrier scolaire tel que défini par le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, poursuit le document.

D’ailleurs, souligne le texte, « elle informe l’ensemble de la communauté scolaire que des missions de sensibilisation du Bureau Exécutif National (BEN-FESCI) seront déployées sur toute l’étendue du territoire national dès ce lundi 08 février pour un départ en congés respectant le calendrier et surtout sans dégâts matériels ni perte en vie humaine ». Aussi, conclut le bulletin d’information signé par son secrétaire général Allah Saint Clair, « la FESCI compte sur la bonne coopération de l’ensemble des autres acteurs et partenaires du système éducatif ivoirien » pour la réussite de ces missions éclatées à travers le pays.

En vogue depuis une décennie, « le phénomène des congés anticipés » est le fait pour des élèves de perturber l’école et faire arrêter les cours plus tôt, avant la date des congés scolaires , principalement à l’approche des fêtes de fin d’année ou des congés de février désormais surnommés par ceux-ci congés de Saint Valentin. Ce phénomène a connu sa page la plus noire en décembre 2019 avec le décès de 3 élèves en l’espace de quelques jours dans des affrontements à Anyama, dans la banlieue nord d’Abidjan, à Daloa (centre-ouest) et à Dimbokro, dans le centre du pays.

Cheik Koné

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s