SOCIETE

Une rue de Paris bientôt baptisée du nom de Thomas Sankara


Côte d’Ivoire-Afrique-France-Burkina Faso

Bouaké360-Bouaké (Côte d’Ivoire)

Une rue de Paris, la capitale française, doit être bientôt baptisée du nom de l’ancien président burkinabé Thomas Sankara, indique un arrêté municipal de ladite ville.

L’information a été rendue publique, le vendredi 22 janvier 2021, par Jacques Baudrier, adjoint à la maire de Paris chargé des constructions publiques et suivi des chantiers sur son compte officiel Twitter.

« Suite au vœu présenté par Jacques Baudrier au conseil d’arrondissement de Paris20, une rue du 20e va être bientôt nommée officiellement Thomas Sankara », a-t-il twitté, soulignant que l’arrêté officiel est déjà signé.                                                      

La dénomination « Passage Thomas Sankara » est donc agréée pour la voie reliant la Rue Jacques Prévert à la Rue Houdart. Rendez-vous bientôt pour l’inauguration dans le quartier Amandiers, a ajouté M. Baudrier.

« Le directeur de l’urbanisme est chargé de la notification de la présente décision qui sera publiée au Bulletin officiel de la ville de Paris », stipule entre autres l’arrêté signé le 18 janvier 2021 par la maire de Paris Anne Hidalgo.

Né le 21 décembre 1949 à Yako, dans le nord de l’ex-Haute-Volta, Thomas Sankara a reçu sa formation militaire à Madagascar. En janvier 1983, suite à un d’un coup d’Etat, il est nommé premier ministre. Arrêté en mai de la même année, il ressurgit 3 mois plus tard, précisément en aout à la faveur d’un nouveau coup d’Etat mené par son ami, le capitaine Blaise Compaoré.

Agé d’à peine 33 ans, Thomas Sankara devient président et symbolise l’Afrique des jeunes et de l’intégrité. Il vit simplement, avec sa femme et ses deux fils au palais présidentiel et n’a pour seuls biens que sa guitare et sa Renault 5 d’occasion, un véhicule qu’il impose comme voiture de fonction à tous les membres du gouvernement.

A peine au pouvoir, il change le nom de son pays la Haute-Volta qui devient le Burkina Faso (« pays des hommes intègres »).

Le 15 octobre 1987, après quatre années au pouvoir alors qu’il se rendait à un conseil des ministres extraordinaire, il est assassiné avec douze de ses compagnons lors d’un putsch qui laisse Blaise Compaoré seul au pouvoir.

Devenu l’icone de la jeunesse africaine, Thomas Sankara est parfois considéré comme un « Che Guevara africain ». Au Burkina Faso, une multitude de partis et de mouvements de la société civile se réclament de lui. Il est parfois surnommé le « président des enfants » ou le « président des pauvres ».

Il a été proclamé modèle par la jeunesse africaine au Forum social africain de Bamako en 2006 et au Forum social mondial de Nairobi en 2007.

Depuis le 28 décembre 2005, une avenue de Ouagadougou porte son nom, dans le cadre plus général d’un processus de réhabilitation décrété en 2000 mais bloqué depuis lors.

Cheik Koné

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s